30 novembre 2007

Ouvre les yeux.

Posté par Palhas à 21:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2007

La Pesanteur.

I'm an open book.         I tell you everything, I'm an open book. every damn, I tell you everything,   embarrassing thing. every damn,enbarrassing thing.
Posté par Palhas à 20:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2007

L'immortalité

“Vivre, il n'y a là aucun bonheur. Vivre : porter de par le monde son moi douloureux. Mais être, être est bonheur. Être : se transformer en fontaine, vasque de pierre dans laquelle l'univers descend comme une pluie tiède.“Milan Kundera
Posté par Palhas à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2007

Il pleut m'man.

La douleur s'échappe tendrement sous la pression de mes phalanges désarticulées. Il est l'heure, jolie. Novembre, ses mélodies pluvieuses et ses mots suintant l'insolence; délicate anesthésie automnale et autres adieux détestables. Le canon effleure ma peau, la consume avec douceur ; de mes lèvres entrouvertes s'échappent des volutes d'un bleu céleste. Paupières soigneusement déchirées, hémorragie oculaire; ne dis rien, jolie. Admire plutôt le spectacle.
Posté par Palhas à 00:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 mai 2007

La valse des adieux.

J'ai fermé les rideaux. Pourtant, le spectacle ne faisait que commencer.J'ai enfilé la robe, laissé glisser mes pieds dans des escarpins.Bye-bye jeune adolescente.Bonjour moi. Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.
Posté par Palhas à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2007

Please don't tell daddy

Quand j'pleure, mon visage s'écrase sous le poids des maux.
Posté par Palhas à 21:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mai 2007

A little pain.

J'ai une boîte magique. Elle capture des images, des instants. A travers ces images, on peut sentir le vent contre sa peau, l'odeur de la pluie.Moi, j'veux plus entendre ta voix. Mais tu m'poursuis.
Posté par Palhas à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2007

Borderline

Elégie. Tous les souvenirs remontent à la surface. Bang, revolver lové au fond de ton coeur, traîtrise. Seule, tu t'enfonces, corps meurtri, tu ne pleures plus. Tu suffoques, tu gémis, rien à faire. Phase terminale. On ne peut plus rien pour toi, laissons-la. Valeur absolue. Tu allumes ta cigarette et tu l'écrases. Un. Deux. Trois. Tout s'éteint. Tu cries, tu cries à en crever. Tu stagnes, accroupie. Un peu plus, verre de trop. Une étreinte pour effacer ta tristesse. Mystère. Tu idéalises, tu es tombée. Tu cours sous la pluie,... [Lire la suite]
Posté par Palhas à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2007

L'entreciel.

Dans le miroir, une inconnue. Mon visage a revêtu le masque de la fatigue et de la déprime. Sur mes lèvres, un goût amer. Il semblerait que mes états d'âmes se soient incrustés au plus profond de ma peau. Bientôt ils ne s'effaceront plus. Et même si cela se produisait, j'en garderais de profondes ci-ca-tri-ces. Constamment anesthésiée, éternel état second, je vis dans un autre monde; l'entreciel. Je me laisse porter dans mes réfléxions absurdes, d'un rien vient un tout, et je n'arrive plus à tenir le rythme, bien trop épuisée.... [Lire la suite]
Posté par Palhas à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2007

Don't worry i'll catch you.

Il y a toujours des inconnus qui m'abordent, l'air de rien. Je leur souris, et puis m'enfuis. Je me suis assise, comme chaque matin - j'aime les transports en commun - et j'ai regardé par la fenêtre. J'ai un léger sourire tatoué sur mes lèvres, un peu forcé. Et je m'envole {...} juste de prendre un peu de bon temps. Elle m'a dit que j'étais une muse, tu sais, et c'est une des plus belles choses qu'on m'ait jamais dite, peut-être même la plus belle. J'aimerais te peindre et dépeindre le quotidien grisonnant, les escaliers montés et... [Lire la suite]
Posté par Palhas à 14:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]