TALES OF ORDINARY SADNESS

23 février 2009

SHE WAS NICE.

Une petite gamine qui tranche frénétiquement des lettres, des noirs et des blancs pour mieux apercevoir l'insoutenable idéal qu'elle chérit tant tant tant.
Et parce que je ne reconnais pas, je fuis.

Posté par Palhas à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 février 2009

ON IRA VOIR LA MER.

Et que me reste-t-il?
Des angoisses qui se glissent contre les murs, sous les toits, des lambeaux de tristesse, des pleurs qui s'engouffrent de sous les fissures. Des bribes de jadis à la pelle, amassés sous mon lit, avec les monstres.
Rien de grave.
Rien de concret.

Et si je ne souffre plus, que me reste-t-il?
Quand vivre ne suffit plus, je voudrais être.
Je vacille-vaillante, je m'écroule-branlante, je suis à genoux sur échasses.
Je n'attends qu'une chose.
Endormie au milieu d'encres.
Tomber.
Crier pour mieux s'entendre.
S'écorcher pour mieux vivre.

Une fille sur le pilori.
La hache au cou.
L'eau s'infiltre dans mes poumons.

Et tu sais encore maintenant, je suis allongée sur cette plage enneigée et j'écris dans le sable, lettre 987.

Posté par Palhas à 23:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 février 2009

MARQUISE, MARQUISE!

VOUS AVEZ L'AIR D'UNE FILLE QUI VA FAIRE UNE CONNERIE.

Posté par Palhas à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2009

LA FORCE TRANQUILLE.

Là, là.
Des
traînées
de
poudre

sur mes paupières noircies.
Des
      parures
                  suintantes
                               de mélancolie,
là,

autour de mon cou décharné, des maux lovés contre ma peau assoiffée, 

et je parade.
Elle suffoque et implose, elle éclot sous mes ongles.
J'ai la douleur éclatante.
Tu sais.
La rue l'asile, la détente pour les fous.
Sans domicile fixe.
Je joue russe, et je gagne.
La noyée, qu'on m'appelle.
   FULL.

Posté par Palhas à 06:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2009

UGLY

n1056939969_30186440_4809

Posté par Palhas à 19:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]


SHE WAS NICE. NICE IS GOOD.

Would you marry me?
  Étendue sur un miroir de givre, les yeux clos; les cristaux s'évaporent au contact de mon visage brûlant. Ma peau se fendille, se créent monts et crevasses de chair.
Douloureux.
Des dé chi ru res sur mes flancs, mes paupières écrasées par la lumière.
Rejet frénétique.
Frénétique.
Frénétique.

Des lambeaux de tristesse.
Les premières neiges recouvrent mon corps mort.
Des fissures courent le long de ma boîte crânienne, les os se craquelent avec douceur sur les coups, et ma tête heurte le bitume.
ENCORE.
TOUJOURS.


J'te fais marcher.

Posté par Palhas à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2008

Miss you.

Je ne me permettrai pas de parler au passé.
Je t'aime, encore.

Posté par Palhas à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2008

I miss you.

IMG_0406IMG_0410
IMG_0428IMG_0424

Posté par Palhas à 23:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 avril 2008

SAUPOUDRER UN PEU DE PARDON.

IMG_0064

Posté par Palhas à 23:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 avril 2008

J'écris sur les toits.

2374075389_de737e42fe_b

Posté par Palhas à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]